eDroits-Peuple-Mapuche.jpgSOLIDARITE PEUPLE MAPUCHE

APPEL INTERNATIONAL

''Il est urgent que la violente répression qui vise à faire taire et oublier le peuple Mapuche, et les graves atteintes à ses droits les plus fondamentaux soient enfin dénoncées. Comme de nombreux peuples autochtones aujourd’hui, le peuple Mapuche s’élève contre l’exploitation aveugle de son environnement. Ce lien et cette réciprocité avec la nature constituent en effet la base de sa culture et de son appartenance au monde. Originaires du sud du Chili et de l’Argentine, les Mapuches représentent près de 10% de la population chilienne. C’est l’un des rares peuples d’Amérique Latine à avoir résisté à l’invasion coloniale : la couronne espagnole lui avait reconnu un territoire de près de 10 millions d’hectares. Mais, annexées par la République chilienne en 1810, les terres mapuches ont été, depuis, constamment usurpées par les gouvernements successifs, revendues aux colons, puis aux multinationales d’exploitation forestière et hydroélectrique pour la construction de méga-projets (International Paper, Minico, Arauco ltda, Endesa-Espagne, etc...). Aujourd’hui, seuls 5% des terres qu’ils occupaient autrefois demeurent en leur possession. Les Mapuches sont soumis à une forte discrimination sociale, économique et raciale, comme la plupart des peuples indigènes en Amérique Latine. Discrimination aggravée par une violente répression exercée notamment par des milices paramilitaires financées par des propriétaires terriens et par l’application de la Loi Antiterroriste, promulguée en 1984 sous la dictature de Pinochet, qui associe certaines actions de revendication des communautés mapuches à des actes terroristes. Aujourd’hui, les mesures de « réparation » restent insuffisantes : de nombreux Mapuches sont emprisonnés, condamnés à des peines de prison démesurées sans avoir bénéficié d’un procès juste et équitable. Malgré les initiatives proposées par la Loi Indigène de 1993, le peuple mapuche, dont l’autonomie politique n’a jamais été reconnue par la République chilienne, ne bénéficie pas de la reconnaissance de son droit coutumier. ''

Nous qui signons ce texte :

• demandons l’arrêt immediat de la répression policière et militaire contre les Mapuche ainsi que la libération immédiate des prisonniers politiques Mapuches. dénonçons l’application arbitraire et partiale des lois anti-terroristes.

• Demandons l’application urgente du projet de loi visant à modifier le decret loi n°321 de 1995 qui accorde le bénéfice de la liberté conditionnelle à des condamnés pour des délits specifiés dans la loi antiterroriste en relation avec la revendication de terres indigenes ancestrales et qui n’impliquent pas de delits contre les personnes

• Demandons l’arrêt immédiat et le retrait des investissements qui menacent l’existence des communautés mapuche et entravent l’épanouissement de leur culture.

• Souhaitons que le droit coutumier mapuche soit reconnu et demandons que les communautés du peuple mapuche soient systematiquement consultées et associées à toutes les décisions ayant des conséquences sur leurs conditions d’existence et de developpement.

• Demandons la ratification par le gouvernement chilien de la convention 169 de l’o.i.t. Reconnaissant, entre autres, aux peuples indigenes le droit a l’autodétermination ainsi que l’application des recommandations faîtes par l’onu au travers de son rapporteur special m. Stavenhagen.

• Reconnaissons la légitimité des revendications du peuple mapuche et saluons la dignité de sa lutte pour le respect de ses droits.